Micro-entreprise : les activités autorisées et interdites

Actualités

Le régime de la micro-entreprise séduit de plus en plus les entrepreneurs. Quelles activités peut-on exercer sous ce statut ? Quelles sont celles qui sont exclues du régime ? Explications.

On vous détaillait il y a peu les démarches pour devenir micro-entrepreneur. Ce régime simplifié qui a connu un succès fulgurant ces dernières années, a ses spécificités. En effet, un certain nombre d’activités est possible sous ce régime tandis que d’autres en sont exclues.

Les activités autorisées

Commerciales

Celles qui concernent l’achat et la revente de biens et de marchandises. Mais aussi la vente de services, seulement s’ils sont rattachés au domaine commercial. Elles sont immatriculées au registre du commerce et des sociétés (RCS).

Artisanales

Celles qui sont liées à la fabrication, transformation ou la réparation de produits. Les micro-entrepreneurs artisans doivent s’enregistrer au répertoire des métiers. Certaines règles sont également à respecter pour devenir artisan. Il faut avoir une qualification professionnelle en lien avec l’activité. Une assurance professionnelle si cela est nécessaire. Et il est essentiel de suivre la réglementation générale et les normes techniques.

Libérales

Celles qui relèvent du régime de la CIPAV et de la sécurité sociale indépendants. Par exemple : architectes, psychologues, formateurs, traducteurs…

Les activités interdites

Agricoles

Seulement si elles sont rattachées au régime social de la MSA.

Professions relevant d’une autre caisse que la CIPAV ou la sécurité sociale indépendants

Dans cette catégorie, on trouve différents secteurs d’activités :

  • Professions juridiques et judiciaires
  • Professionnels de santé
  • Agents généraux et d’assurance
  • Experts-comptables et commissaires aux comptes

Activités relevant de la TVA immobilière

Les marchands de biens, les agents immobiliers ou encore les lotisseurs font partie de cette catégorie. Si vous louez des immeubles non meublés ou professionnels, le régime de la micro-entreprise n’est pas possible non plus.

Le cumul des activités

Beaucoup de gens l’ignorent mais il est possible de cumuler les activités en tant que micro-entrepreneur. Comment faire ? Cela dépend du cas de figure dans lequel vous vous trouvez. Si vous exercez deux activités qui ont un lien entre elles, il faut d’abord déterminer quelle est votre activité principale. Et appliquer les plafonds de chiffre d’affaires en vigueur. Pour une activité commerciale cumulée à de la prestation de services, vous ne pourrez pas dépasser 176 200 € de CA annuel (dont 72 600 € pour l’activité secondaire).

Dans le cas où vous exercez deux activités qui n’ont aucun lien entre elles, il y a deux possibilités. Si les activités relèvent du même plafond, celui-ci reste inchangé. Pour deux activités libérales par exemple, le seuil sera de 72 600 €. En revanche, si les activités ne relèvent pas du même plafond, il faut procéder comme dans le tout premier cas de figure et déterminer quelle activité est la principale.  


CECCA accompagne les entrepreneurs dynamiques
Contactez-nous

Découvrez plus d’actualités sur notre blog


Micro-entreprise
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi

Actualités

Le Petit Cas CECCA #36 : une visite mystère peu scrupuleuse

destination france
Actualités

Destination France : le nouveau plan de l’État pour relancer le tourisme

coworking
Actualités

Les espaces de coworking n’ont jamais été aussi nombreux en France

programme next 40/120
Actualités

French Tech : les candidatures sont ouvertes pour le programme Next 40/120

micro-entreprise
Actualités

Micro-entreprise : les activités autorisées et interdites

Actualités

Little Home, le bar à cocktails chill et cosy du 11e

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour rester informé des dernières actualités !