Occupation du domaine public : comment obtenir une autorisation ?

Actualités

Un commerçant qui souhaite s’installer sur le domaine public doit demander une AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire). Comment faire pour l’obtenir ? Quels commerces sont concernés ? On vous dit tout.

Vous disposez d’un commerce et vous souhaitez occuper une partie du domaine public ? C’est possible sous certaines conditions. En effet, il vous faudra demander une autorisation d’occupation temporaire (AOT) et payer une redevance appelée droit de la voirie.

Les commerces concernés par l’AOT

L’autorisation d’occupation temporaire du domaine public est obligatoire pour les commerces suivants :

  • Restaurant, bar ou café avec une terrasse ouverte ou fermée
  • Commerçants avec un étalage de produits ou un équipement mobile contre la devanture ou en bordure de trottoir (bac à glace, appareil de cuisson…)
  • Food truck
  • Forains qui installent des manèges ou des baraques
  • Kiosques

Les seuls commerces dispensés de cette obligation sont les distributeurs bancaires situés en façade. Et les comptoirs donnant sur la rue (boulangerie, snack…) puisque les clients restent sur le trottoir le temps de retirer leurs commandes.

En outre, il existe trois types de permis selon le type d’occupation concerné :

  • Permis de stationnement : terrasse ouverte, étalage, stationnement d’une camionnette, d’un foodtruck (occupation sans emprise). À demander à la mairie ou la préfecture de la ville concernée.
  • Permis de voirie : terrasse fermée, kiosque fixé au sol (occupation privative avec emprise). À demander à la mairie.
  • Droit de place : stand sur un marché ou dans les halles couvertes d’un marché. À demander à la mairie ou l’organisateur de l’évènement.

Bon à savoir : si un commerce occupant le domaine public ne dispose pas d’une AOT, il encoure une amende de 1500 euros.

Les règles à respecter et la redevance

Obtenir une autorisation pour occuper le domaine public signifie qu’il faut respecter un certain nombre de règles :

  • Ne pas gêner la circulation des piétons et ne pas bloquer l’accès des riverains à leur immeuble.
  • Respecter les dates et les horaires d’ouverture indiqués sur l’AOT
  • Respecter les règles d’hygiène pour les denrées alimentaires

Une fois la demande d’AOT acceptée, il faut ensuite s’acquitter d’une redevance. Son prix varie selon l’étendue de l’occupation (emprise au sol), la durée d’utilisation (annuelle ou saisonnière) et la valeur commerciale de la rue concernée.

Enfin, pour faire votre demande, soyez sûr d’avoir en votre possession tous les documents demandés (extrait Kbis, bail commercial, attestation d’assurance, descriptif technique…). Si vous n’obtenez aucune réponse dans les deux mois, cela signifie que votre demande a été rejetée.

Bon à savoir : en raison de la crise sanitaire, les règles d’occupation du domaine public sont assouplies dans certaines communes. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre municipalité.

Retrouvez toutes les informations sur l’AOT juste ici.


CECCA accompagne les commerçants dans leur développement
Contactez nos experts pour plus d’informations

Découvrez plus d’actualités sur notre blog


Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi

Actualités

Le Petit Cas CECCA #36 : une visite mystère peu scrupuleuse

destination france
Actualités

Destination France : le nouveau plan de l’État pour relancer le tourisme

coworking
Actualités

Les espaces de coworking n’ont jamais été aussi nombreux en France

programme next 40/120
Actualités

French Tech : les candidatures sont ouvertes pour le programme Next 40/120

micro-entreprise
Actualités

Micro-entreprise : les activités autorisées et interdites

Actualités

Little Home, le bar à cocktails chill et cosy du 11e

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour rester informé des dernières actualités !