Skip links

Création d’entreprise : tout savoir sur les différents types de financement

Si vous souhaitez créer votre entreprise, plusieurs solutions de financement existent. Crowdfunding, microcrédits, business angels… tour d’horizon des moyens qui s’offrent à vous.

Le crowdfunding

Le financement participatif ou crowdfunding est de plus en plus prisé par les jeunes entreprises. En 2020, 1 milliard d’euros ont d’ailleurs été collectés grâce à ce type de financement. Le crowdfunding s’adresse à tout le monde et permet de lever des fonds auprès d’une audience plus grande. Ulule, KissKissBankBank, Kickstarter… vous avez l’embarras du choix pour les plateformes proposant des campagnes de financement participatif.

3 types de financements sont ainsi possibles :

  • Le don : avec ou sans contreparties.
  • Le prêt : avec ou sans intérêt.
  • L’investissement : en capital, en obligations ou contre royalties.

Pour bien réussir votre campagne, assurez-vous que c’est le bon moment et déterminez avec précision vos besoins de financement.

Les fonds d’investissement

Un fonds d’investissement regroupe des actionnaires qui choisissent d’entrer dans le capital d’une entreprise prometteuse et souvent non cotée en bourse. Les actionnaires investissent de manière majoritaire ou minoritaire et accompagne la startup pour une durée de 3 à 7 ans environ. En général, le montant moyen d’un investissement est de 5 millions d’euros.

Vous pouvez contacter un fonds d’investissement via l’Annuaire des investisseurs pour la croissance.

Le microcrédit professionnel

Si vous avez des difficultés à bénéficier de financements bancaires classiques lors de la création (ou la reprise) de votre entreprise, le microcrédit professionnel peut vous être utile. Il s’agit d’un prêt ne pouvant pas dépasser 10 000€. Il est généralement accordé par des organismes comme l’ADIE ou des réseaux comme France Active. Le remboursement n’excède pas 48 mois en général. En outre, les porteurs de projets qui bénéficient d’un microcrédit sont accompagnés dans leurs démarches et leur développement commercial.

Pour l’obtenir, il faut répondre à quelques critères :

  • Le porteur de projet : motivation, expérience, compétences, etc.
  • Le projet : implantation, potentiel, chiffre d’affaires prévisionnel, etc.
  • La capacité de remboursement.

De plus, une personne doit pouvoir se porter garante à hauteur de 50% du microcrédit. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le portail de l’ADIE.

Les business angels

Les business angels sont des investisseurs qui ne font pas partie d’un fonds d’investissement. Il s’agit de personnes physiques qui souhaitent investir leur patrimoine financier dans des sociétés. Ils sont bien souvent cadres ou entrepreneurs. Au-delà du soutien financier, ils donnent au chef d’entreprise des conseils pour réussir et peuvent partager leur réseau.

Ils sont souvent minoritaires au capital mais peuvent investir entre 50 et 700 000 €. Pour la BPI, les business angels « participent activement à la vie de l’entreprise et à la prise de décision [et] poursuivent un même objectif : dégager une plus-value substantielle via leurs investissements ».

Pour trouver un business angel, rendez-vous sur le réseau France Angels.

Le prêt interentreprise

Vous ne le savez peut-être pas, mais les entreprises peuvent être créancières ou débitrices les unes des autres. Les SARL et sociétés par actions ont la possibilité d’aider financièrement les microentreprises, les PME ou les ETI. Les conditions ? Les prêts ne durent pas plus de deux ans. Les entreprises doivent prouver un lien économique entre elles. Et la société prêteuse ne doit effectuer un prêt qu’à titre accessoire de son activité principale.

Si ces solutions ne sont pas concluantes pour vous, la plateforme Aides-entreprises regroupent les aides financières qui peuvent vous convenir.


Vous souhaitez créer votre entreprise et être accompagné par un expert-comptable ?
Contactez-nous

Découvrez plus d’actualités sur notre blog


Leave a comment