Skip links

Chômage : 1,4 million de demandeurs d’emploi formés en 2022

Le Premier ministre Jean Castex a présenté le lundi 27 septembre son « plan d’investissement dans les compétences ». L’objectif ? Miser sur la formation professionnelle pour relancer l’économie et aider les chômeurs longue durée.

Le Gouvernement veut former les demandeurs d’emploi. C’est en effet l’un des objectifs principaux du plan d’action présenté par Jean Castex lors de son récent déplacement à Châtellerault. Le Premier ministre y a détaillé ses futures mesures pour relancer l’économie et l’emploi sur le territoire. L’objectif affiché est clair : « Il vaut mieux payer des gens pour leur activité que de financer le chômage, le RSA ou tout dispositif d’aide. Ce n’est pas qu’une question financière. C’est une question d’économie : nous devons créer de la richesse. »

1,4 milliard d’euros pour la formation

Pour palier aux difficultés de recrutement, Jean Castex a donc annoncé qu’un budget de 1,4 milliard d’euros serait alloué à la formation professionnelle en 2021 et 2022. Cette somme conséquente servira à la formation des salariés et des demandeurs d’emploi de catégorie A, B et C. Dont 900 millions seront utilisés dès maintenant. Au total, le Gouvernement veut former 1,4 million de chômeurs d’ici 2022. Pour ce faire, l’État devrait signer de nouvelles conventions avec Pôle Emploi et les régions pour ouvrir plus facilement des formations directement opérationnelles aux demandeurs d’emploi, et ce quelles que soient leurs qualifications.

De plus, le Premier ministre a confirmé le prolongement de l’aide à l’embauche pour les alternants. Cette aide est également applicable pour les demandeurs d’emploi longue durée qui veulent débuter un contrat de professionnalisation. Le montant du coup de pouce reste de 8000 euros pour les entreprises souhaitant les embaucher.

Concernant les salariés, 600 millions d’euros seront débloqués immédiatement pour en former 350 000 supplémentaires dans les PME de 50 à 300 salariés. Jean Castex invite aussi le secteur de l’hôtellerie-restauration à revoir sa grille salariale. Et affiche son intention de relocaliser certaines entreprises pour créer à nouveau des emplois industriels en France.

Enfin, il n’est toujours pas question d’instaurer un RSA jeunes. Jean Castex préfère tout miser sur l’accompagnement des jeunes en décrochage. Il souhaite les inciter à retrouver le chemin du travail grâce à des chantiers d’insertion mis en place via des dispositifs comme 1 jeune 1 solution par exemple.

Pour conclure, Jean Castex s’est voulu optimiste : « Nous croyons au travail, au développement économique. C’est ainsi que nous conforterons la reprise que nous constatons déjà. »


CECCA vous accompagne dans vos démarches
Contactez l’un de nos experts

Découvrez plus d’actualités sur notre blog


Leave a comment